You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

L'histoire de Marca Corona

1700

Les premières manufactures

À Sassuolo, lieu de villégiature très prisé du duché de la Maison d’Este, différentes sortes de manufactures voient le jour le long de la route appelée Contrada del Borgo. Ces usines se fournissent en matières premières dans les collines voisines et exploitent la force motrice des eaux du canal de Modène.

1741

La Société de la Faïence

À l’instigation de Giò Andrea Ferrari, plusieurs membres de la bourgeoisie de Sassuolo, fondent une société anonyme afin de produire de la faïence, un matériau alors très apprécié pour la vaisselle. Cette société obtient l'exclusivité de la production pendant dix ans.

1753

Le monopole Dallari

La société passe aux mains de Giovanni Maria Dallari, qui obtient du duc de Modène le monopole jusqu’à la troisième génération et la possibilité d’apposer le blason ducal sur l’usine. Afin de se démarquer des manufactures concurrentes, Dallari investit dans les matériaux les plus luxueux, les techniques de production innovantes et embauche des ouvriers qualifiés provenant de Lodi, Faenza, Imola, Livourne et Pesaro.

1785

L’hostilité ducale

Giovanni Maria Dallari cède la gestion de l’usine à son fils Giovanni. Si l’introduction de la faïence, plus économique que la majolique, entraîne une réduction drastique des prix, l'adoption de nouvelles technologies permet de doubler rapidement la capacité de production. Le nouveau duc d’Este, Hercule III, hostile à la manufacture de Sassuolo, abolit cependant les engagements protectionnistes sur les majoliques. Conséquence, les importations de la concurrence dans le duché mettent Dallari et la Contrada à genoux !

1805

Crise et misère

Les frères Onorio et Costanzo Dallari héritent d’une usine criblée de dettes. Nombre d’ouvriers de la manufacture de céramique sont répertoriés dans les registres de la population comme « MISERABILISSIMI ». La crise oblige les frères Dallari à procéder momentanément à des cessions, des sous-locations et des prêts.

1835

Une reprise éclatante

Le conte Giò Francesco Ferrari Moreni achète la Société désormais en faillite et, en administrateur avisé, décide de miser sur la faïence. La qualité des vernis utilisés, brillants grâce à leur forte teneur en plomb, s’attire les faveurs du public local et engendre une forte reprise économique.

1854

Investissements pour la croissance

L’usine passe aux mains de Giovanni Maria Rubbiani, qui fait appel à ses fils Antonio et Carlo, progressistes éclairés, convaincus de l’importance de moderniser les transports, d’investir dans la publicité et dans la formation professionnelle de leurs ouvriers. Au cours de l’unification de l’Italie, la céramique de Sassuolo obtient des prix prestigieux.

1861

Les innovations signées Rubbiani

Carlo Rubbiani prend les rênes de l'entreprise et doit faire face à l'excellence artistique et technique de ses concurrents qui s’exhibe à l’occasion d'expositions nationales et internationales. Son esprit pionnier le pousse par conséquent à parier sur de nouveaux produits : au-delà des plaques portant le nom et le numéro des rues et des places, Carlo Rubbiani est le premier à se lancer en Italie dans la production de carreaux pressés à sec répondant aux critères d’hygiène, de durabilité, de rationalité et d’entretien édictés par les premiers règlements italiens en matière d’établissements commerciaux, de structures publiques et de lieux de travail. Le carrelage entre également rapidement dans les maisons des particuliers, notamment en revêtement mural.

1891

Parements décorés

Carlo transmet l'entreprise à ses fils Ugo, Vito et Giovanni, qui décident de se concentrer exclusivement sur la production de carreaux et d’investir dans de nouvelles technologies de décoration se prêtant également à des revêtements plus importants et plus sophistiqués.

1910

L’impact de la première guerre

L’héritage Rubbiani est transféré dans la nouvelle société baptisée « S.a.S Carlo Rubbiani, di Rubbiani, Olivari & C ». Pendant la première guerre mondiale, la fermeture du marché allemand complique considérablement l’approvisionnement en charbon et en minéraux. Après la guerre, la reconstruction et l'expansion commerciale vers l’Amérique du Sud et les colonies africaines relancent la production mais les moyens de transport locaux trop archaïques font s’envoler les prix de vente des carreaux.

1920

L’étape Olivari

L’usine est rebaptisée « Societa’ Anonima Ceramica Di Sassuolo ». Bien que la grande dépression de 1929 frappe durement le secteur de la céramique, la société anonyme, désormais administrée par Matteo Olivari, réussit à élargir sa production et à embaucher. La disparition prématurée de Matteo Olivari en 1932 entraîne un changement de raison sociale et la liquidation de la société.

1935

L’autarcie et la deuxième guerre mondiale

Fondation de la « Società Anonima Ceramiche Marca Corona » qui, dès ses débuts, doit faire face à la pénurie de combustible due à la politique autarcique du régime fasciste. Pendant la deuxième guerre mondiale, les femmes remplacent dans les usines les hommes partis au front. La destinée de Marca Corona se trouve alors entre les mains de 143 femmes qui vont travailler sans relâche. La crise atteint son pic vers 1942 avec l’interdiction de fabriquer du verre et de la céramique puis avec les bombardements de Sassuolo. L’usine Marca Corona est gravement endommagée.

1975

Le déménagement

L’usine est transférée hors de l'agglomération pour agrandir les ateliers, diminuer la circulation des camions en ville et apporter une réponse concrète à l’émergence de la question environnementale.

1982

Intégration dans le Groupe Concorde

Marca Corona fait son entrée dans le Groupe Concorde qui est aujourd’hui le premier groupe européen de la céramique au capital 100% italien. Forte de ce soutien économique et stratégique, Marca Corona peut se concentrer encore davantage sur la recherche stylistique, l’innovation technologique et l’internationalisation commerciale.

1983

L'ancrage local

Marca Corona décide d’épauler les administrations locales à travers un projet ambitieux de rénovation industrielle et de requalification urbaine de la ville de Sassuolo. La grande cheminée de l'ancienne usine, datant des années 30, devient un précieux exemple d’archéologie industrielle pour la ville.

2005

L’engagement Green

Marca Corona devient membre de l’U.S. Green Building Council, l’organisation américaine d’évaluation de la durabilité des bâtiments qui a introduit un système de certification écologique volontaire appelé LEED et appliqué à ce jour dans plus de 50 pays.

2006

L'aventure outre-Atlantique

Fondation de Marca Corona USA, établie à Bethlehem (Pennsylvanie) afin de suivre au plus près les marchés américains.

2007

Se renouveler sans trahir ses origines

Marca Corona entreprend de se repositionner à travers la modernisation de ses systèmes de production, le renouvellement de sa gamme de produits, le restylage de sa marque et de l’image de l'entreprise ainsi que la construction de nouveaux bureaux et d’une vaste salle d'exposition.

2010

La Galerie Marca Corona

Inauguration de la Galerie Marca Corona, le musée de l'entreprise qui conserve le précieux fonds du Musée de l’usine Rubbiano, patrimoine génétique de l'entreprise et de l'ensemble du secteur. La Galerie, dédiée au regretté président du Groupe Concorde, le professeur Cirillo Mussini, retrace les différentes étapes de l’histoire de Marca Corona de 1741 à nos jours.

2018

Aujourd’hui - Histoire et innovation, technologie et style

Aujourd’hui, Marca Corona poursuit son essor et son innovation en se positionnant sur les segments haut de gamme du marché grâce à des produits destinés aux espaces résidentiels, commerciaux et réceptifs. Grâce à d’énormes investissements en faveur des technologies de production, à l'attention constante qu'elle porte aux dernières tendances design et au respect de l'environnement et de l’individu, Marca Corona est désormais un ambassadeur de renom de l'excellence de la céramique Made in Italy.

Depuis 1741, l’histoire de Marca Corona accompagne l'évolution du secteur de la céramique, berceau de l'excellence italienne en la matière. L'entreprise a su faire face à tous les changements sociaux, économiques et esthétiques, se transformant en une institution solide, profondément ancrée dans la tradition et le territoire mais aussi résolument tournée vers l'avenir et le monde. Aujourd’hui comme hier, passion, savoir-faire et esprit novateur font de Marca Corona une entreprise à part qui devance les nouvelles tendances design grâce à ses intuitions esthétiques et à des technologies d’avant-garde.

Media gallery

À lire également...

Marca Corona

Fondée en 1741, Marca Corona est l’entreprise de céramique la plus ancienne de la région de Sassuolo (près de Modène, en Italie).

Galerie Marca Corona

La longue et fascinante histoire de Marca Corona se raconte dans la Galerie Marca Corona.